Page d'accueil
Mon aquarium
                                                                                                                                   
1992-2004
Installation: suppression du filtrage et de l'aérateur. Un écumeur aquavie équipé d'une pompe Rena de 1700 l/h. Les deux pompes de 1500 l/h qui alimentaient le filtre servent de brassage (1 seule pour l'instant, en attendant d'ajouter des pierres vivantes). Aquarium 450 l.
Toujours pas de refroidissement, mais sélection des poissons et bientôt d'invertébrés.
La Veirade et la Girelle paon sont toujours là (bientôt 5 ans pour la Veirade).
La plupart des poissons que je prélève ne restent que quelques semaines, voir quelques jour, suivant leur faculté d'adaptation et leur comportement, ainsi que les pics de température en été. Seulement 4 ou 5 spécimens sont à ce jour des permanents (plusieurs années) et parfaitement bien adaptés dans un milieu toutefois bien équilibré, qui permet à la végétation de couvrir les roches.
Le filtrage est réalisé deux étages de ouate (chicanes) et un compartiment de charbon actif en tête. La régénération se fait par goutte à goutte, plus ou moins régulièrement à raison de 12 litres par semaine maxi.
Ce Chapon, c'est le premier poisson qui est reparti à la mer le 30 octobre 98 après un séjour de 19 mois. Prélevé à une taille de 9 cm, il s'est développé (un peu trop), atteignant 22 cm lorsque je l'ai relâché. Une "mue" à chaque pleine lune accompagnée de contorsions étranges, comme ivre, couché sur le flanc à ne pas pouvoir retrouver une position verticale stable.
Un appétit sans égal ! à "gober" d'autres poissons, parfois même de taille égale, lui ballonnant le ventre, si ce n'est à l'éclater, au moins à l'empêcher de nager. D'ailleurs, c'est le fait d'avoir gobé huit ou dix poissons de l'aquarium qui lui a valu de retrouver sa liberté !
Cette Girelle connaît toute l'histoire de l'aquarium. Prélevée (femelle) le 11 juillet 1994 avec un mâle qui  a été dévoré par le Chapon en octobre 1998. Devenue "dominante" à cette date, elle s'est métamorphosée en mâle en l'espace de 2 à 3 mois, prenant volume et couleurs à un rythme très progressif, et passant une grande partie de cette période enfouie, car affaiblie et vulnérable.
Comme toutes les Girelles, elle s'enfouit en fin de journée, parfois de manière maladroite, laissant dépasser une partie de son corps, mais là, elle ne risque rien !
Une Girelle Paon mâle, (deux femelle sont déjà retournées à la mer). Acclimatée depuis le 20 août 1999, elle s'enfouit dans le sol tout comme la Girelle en fin de journée. C'est un poisson qui supporte bien les hautes températures, très actif, en nage perpétuelle et magnifiquement colorée.
La Castagnole noire, beaucoup plus fragile, s'adapte difficilement et n'aime pas les pics de température. Celle-ci est logiquement retournée à la mer avant le mois d'août. Souvent touchée d'exophtalmie (gonflements oculaires) au départ, il faut les surveiller de près et éviter d'atteindre un état irréversible qui peut leur être fatal. Elle n'est restée dans l'aquarium que 11 mois (fin août 99 - fin juillet 2000)
Le bijou du mois d'août !
Un magnifique Baliste prélevé au port de la Lave (sortie du tunnel du Rove): taille 27 cm.
Un exemple de calme et de sociabilité, un regard expressif, c'est un curieux. Il vient voir à me toucher les mains lorsque je retire les pompes pour les nettoyer alors qu'il n'est là que depuis 24 heures. Un seul souci, un petit museau pointu de 6 cm qui vient lui picorer sans cesse le flanc; on voit bien que ça l'agace, mais quelle patience !...
Après cinq jours de captivité, un pic malheureux de chaleur qui fait monter l'eau à 28°, son rythme respiratoire légèrement accéléré, je n'ai pris aucun risque: le Baliste a retrouvé la mer.
La Veirade fait partie des résidents. Prélevée le 22 février 1997 à une taille de 15 cm, elle en fait aujourd'hui 22.
Autant sociable que le Baliste, elle n'a jamais esquissé le moindre mouvement d'humeur envers un autre hôte. En revanche, elle est également perturbée par le petit Museau pointu qui la suit comme si c'était sa mère, mais qui lui picore de temps en temps la base antérieure de la dorsale.
Timide et craintive, les réveils du matin sont à prendre avec délicatesse. Elle n'apprécie pas du tout de passer brutalement de la pénombre au grand jour, il faut y aller progressivement.
Le fameux petit Museau pointu de 6 cm!
Si mignon puisse-t-il être, s'il continue à déranger la Veirade, il retournera à la mer. Je souhaite pour l'instant le voir un peu grandir, mais il n'est pas encore inscrit parmi les résidents.
Ce que j'attends de son observation, c'est de connaître la raison qui le pousse à ne s'en prendre qu'aux gros poissons.

Est-ce un besoin maternel, ou bien veut-il déjà devenir le plus gros de l'aquarium ?
Le Serran écriture
Comme chez toutes les espèces de Serrans, on retrouve un vrai caractère de Mérou.
Prélevé le 05 mai 2000, il est chez lui dès le premier jour. Mais tant qu'il n'y aura pas d'autres Serrans, il partagera ses abris avec les Crénilabres, les Blennies palmicornes ou autres espèces.
Extrêmement vorace, il a toujours l'oeil tourné vers la surface, prêt à bondir pour attraper les moules avant qu'elles ne touchent l'eau ! Tant qu'il sera sociable et ne gobera que des moules, il restera ici ... mais sous haute surveillance.