Page d'accueil Parasitologie
Plathelminthes: les Digènes
*

   -  Le phylum des Plathelminthes:

- De nombreux phylums se sont adaptés au parasitisme avec succès. On compte des Protozoaires, des Helminthes (vers), des Arthropodes ainsi que quelques insectes et mollusques à l'état larvaire.

- Le groupe le plus représentatif est celui des plathelminthes, avec les 4 classes suivantes:
  • Turbellariés: non parasites, représentés en Méditerranée par les vers plats (nommés Planaires).
  • Trématodes: parasites de vertébrés à cycles hétéroxènes. Trématodes digénétiques ou Digènes
  • Monogènes: parasites de vertébrés aquatiques à cycles monoxènes
  • Cestodes : parasites internes de vertébrés (genre Taenia: ver solitaire)
- Les Plathelminthes sont des organismes triploblastiques, groupe frère des coelomates. Ils ont été longtemps considérés comme diploblastiques car il sont perdu le coelome au cours de l'évolution. Ils ont également perdu la segmentation présente chez les annélides ainsi que l'anus. Cette hypothèse ayant été retenue, il apparaît que les Plathelminthes et les Annélides forment un groupe auquel est associé un ancêtre commun. 
   - Les Digènes:

- Le schéma général du cycle biologique des trématodes digénétiques comprend un hôte définitif et deux hôtes intermédiaires. C'est le cycle le plus remarquable. Il faut tout de même savoir qu'il existe également des cas de cycles monoxènes (1 seul hôte) ou hétéroxènes, avec un seul hôte intermédiaire.

   - Les détails du cycle:
  • Parasite adulte: chez la plupart des parasites, l'hermaphrodisme favorise la fécondité car les chances de rencontre entre mâles et femelles au sein d'un hôte sont réduites. L'accouplement des formes sexuées se produit souvent à l'état larvaire. La femelle stocke alors les spermatozoïdes, ce qui lui permet de féconder et pondre durant le restant de sa vie. Un seul individu peut générer des millions d'oeufs et la reproduction a lieu à une période bien précise de l'année.
  • Miracidiums: c'est la première forme larvaire issue des oeufs. Un miracidium est doté d'un térébratorium et de glandes apicales qui permettent l'adhésion à l'hôte, de glandes de pénétration capable de sécréter une substance favorisant le perçage de la paroi de l'hôte, de plaques ciliées assurant le déplacement et de cellules propagatrices générant par la suite sporocystes et rédies: prochain stade larvaire sexué. (voir schémas ci-dessous).
  • Sporocystes et rédies: formes larvaires sexuées issues des cellules propagatrices des miracidiums. Les sporocystes ne possèdent pas de bouche et absorbent des molécules par le tégument. Les rédies, munies d'un appareil buccal broutent les tissus. Chaque balle germinale donne un nouveau sac (identique): deuxième génération de rédies et de sporocystes. Cette phase se produit chez le premier hôte intermédiaire.
  • Cercaires: chaque balle germinale issue de la deuxième génération donne un cercaire (larve flagellée).
  • Métacercaires: chaque cercaire quittant le premier hôte intermédiaire doit rencontrer le deuxième hôte intermédiaire pour s'y loger et s'enkyster en attendant que ce dernier hôte se fasse manger par l'hôte définitif.
                    Voir une photo de rédie                Voir une photo de cercaire: Cercaria setifera