Page d'accueil Parasitologie
 
Généralités
*    

   -  Qu'est ce qu'un parasite ?
- Un parasite est un organisme qui vit au dépend de son hôte.
- L'hôte fournit au parasite l'habitat et les ressources dont il a besoin pour vivre. 
- L'hôte n'a pas besoin du parasite pour vivre, il en subit même parfois des effets néfastes.
- Un parasite n'est pas un prédateur; s'il tue son hôte, il meurt aussi. 
- Des organismes comme les larves de Diptères, qui se développent à l'intérieur d'un hôte, se nourrissent de ses organes et le conduisent à la mort (fin de l'état larvaire). Ce sont des parasitoïdes (prédateurs).

    -  Les relations et les cycles
- Le parasitisme est donc une forme de relation précise, une condition de vie normale et nécessaire.
- D'autres formes de relations (ou symbioses) se distinguent du parasitisme: différents modes de symbiose.
- La reproduction et le développement des parasites se font suivant différents types de cycles biologiques.

   -  Les différents types de parasites
- Ectoparasites: parasites localisés sur les parties externes de l'hôte ou bien dans des cavités débouchant sur l'extérieur, comme la cavité buccale ou les cavités branchiales.
- Mésoparasites: parasites qui pénètrent dans l'hôte sans effraction (perforation de tissus). Ils peuvent s'installer dans l'intestin, le foie, les poumons, les sinus, l'appareil excréteur, etc ...
- Endoparasites ou Euparasites (Eu = vrai): parasites qui entrent et sortent de l'hôte par effraction. Ils peuvent ainsi atteindre des organes comme le cerveau, le coeur ou plus généralement, l'appareil circulatoire.

- Le cycle biologique des ectoparasites est direct, alors que celui des deux autres formes est indirect (cycles).

- La plupart des parasites sont des parasites permanents (qui passent au moins une grande partie de leur vie à l'intérieur de l'hôte); certains ne sont que périodiques, comme par exemple les larves parasites dont la forme adulte est libre ou inversement.


   -  La spécificité: relations hôtes - parasites et sites spécifiques 
- Il existe 3 types de spécificités (hôte - parasite):
  • Oioxénie: une seule espèce d'hôtes possible
  • Sténoxénie: petit nombre d'espèces d'hôtes
  • Euryxénie: grand nombre d'espèces d'hôtes
- Chaque stade d'un cycle, (hôtes définitif ou intermédiaires), est caractérisé par un type de spécificité. Il peut y avoir oioxénie avec l'hôte définitif et euryxénie avec les intermédiaires ou inversement.
- Cette spécificité est un atout en matière de taxonomie; elle permet d'aider à l'identification d'espèces de vertébrés et d'invertébrés à partir de l'étude des parasites.
- La spécificité limite également la compétition entre parasites. Au delà de ces liaisons, une autre forme de spécificité: celle de l'habitat. Elle est issue du fait qu'un parasite investit un organe, ou même une partie bien précise d'un organe; on parle alors de site spécifique. Si l'on ajoute à la spécificité de l'hôte celle de l'habitat, le risque de compétition est peu probable. Un organe peut présenter une multitude de sites spécifiques et dans certains cas, un même site peut abriter différents parasites à différentes périodes de l'année (saisonnalité des cycles), donc successivement. Lorsque deux parasites se trouvent en compétition, l'équilibre d'une cohabitation n'a pratiquement aucune chance d'aboutir à une stabilité. C'est l'espèce dominante qui à terme s'installe. Les notions de compétition et d'extinction d'espèce sont généralement liées dans le temps.